Carte blanche - Ciné-club au beurre (CH)

Genre d'événement: Projection
Lieu: Base Hotel
Samedi 17 | 20:00 - 23:00
Dimanche 18 | 12h - 21h
Langue: Anglais

Dans une chambre d’hôtel, vous aurez l’occasion de vous allonger confortablement et découvrir une sélection de court et long-métrages de réalisateurs provenant du monde entier. A travers chaque film, diverses questions sociétales sont abordées : la puissance du système publicitaire, les catastrophes qui l’accompagnent, les inégalités sociales qui en découlent, mais aussi des conversations philosophiques avec un perroquet sur le puritanisme qui étreint la sexualité contemporaine ou encore, la vie des ouvriers ou la pauvreté vue par ceux qui en souffrent le plus : les enfants.
credit photo: Marie Capesius

Ciné-club au beurre
Júlio Bressane

PROGRAMME

20:00 - My Home is Copacabana (Mitt hem är Copacabana), Arne Sucksdorff, Suède, Brésil, 1965, 1h28. Version originale sous-titrée anglais.

À partir de témoignages recueillis sur place, Arne Sucksdorff filme les favelas de Rio de Janeiro où quatre gavroches tentent de trouver le pain quotidien en s’adonnant à la mendicité ou à d’ingénieuses ruses. Un drame sans mélo, magnifiquement mis en scène, qui nous montre comme jamais auparavant la pauvreté du point de vue de ceux qui en souffrent le plus : les enfants.

21h30 - Sedução da Carne, Brésil, 2018, 1h10. VO sous-titré anglais

Une écrivaine veuve entretient de longues conversations philosophiques avec son perroquet fétiche – littéralement fétiche –, sous le regard lubrique d’un bout de viande crue, prêt à lui bondir dessus. Julio Bressane crée une oeuvre provocatrice, dénonçant à la fois de la société de consommation et le puritanisme qui étreint la sexualité contemporaine.

22h40 - Programme de courts : la société de consommation – 55 min.
À travers 4 courts, divers aspects de la société de consommation : la publicité et comment elle fait de l’art un produit comme un autre (Rejected de Don Herzfeldt, 2000) ; le désastre écologique et humain qui l’accompagne (L’île aux fleurs de Jorge Fortado, 1989) ; les inégalités sociales qui en découlent (La Faim de Peter Foldès, 1973) ; le massacre à plus grande échelle dont elle est issue (Le sang des bêtes de Georges Franju, 1949).

Dimanche

12:00 - À l’ouest des rails (Tie Xi Qu), Wang Bing, Chine, 2002, 9h11. Version originale sous-titrée français.

Le cinéaste Wang Bing a passé 10 ans dans la plus grande ville usine pour filmer la vie des ouvriers, et la lente déréliction des lieux, de l’administration et au final, de la vie humaine. Œuvre monumentale jalon du 7ème art, il offre un regard sans fard sur les mécanismes qui transforment les hommes en denrées pour une machine qui n’a rien de métaphorique.